Vite, très vite, un 3ème mouvement orchestré !

Cliquez sur l’image pour télécharger la partition

Comment comment ? Il lui a fallu plus de 4 mois pour orchestrer le deuxième mouvement et voilà le 3ème bouclé en juste une semaine ! Faut-il crier au miracle ? N’exagérons rien.

D’abord, comme je l’ai dit précédemment, je suis en vacances. Du coup, je peux consacrer plusieurs heures par jour à la composition. En temps normal, c’est plutôt entre 2 et 4 heures… par semaine ! Par ailleurs, l’instrumentation de ce mouvement est très très réduite : les bois sont remplacés par … 2 flûtes-à-bec (oui, oui, vous avez bien lu !), pas de harpe et pas de cuivre… Forcément, ça allège ! Et puis, il y a beaucoup de répétitions, ce qui permet de faire des copier-coller. Ajoutons que ce mouvement ne dure que 5 minutes (à comparer avec les 13 minutes du Non Credo)…

En dehors des flûtes-à-bec, il y a un autre instrument qui s’invite dans ce mouvement : un xylophone (joué par le deuxième percussionniste). Ses interventions très rythmiques ne manqueront pas de rappeler aux connaisseurs les symphonies de Chostakovitch. Les timbales sont aussi très sollicitées, histoire de se chauffer un peu avant le 4ème mouvement (eh eh eh !). Quant aux cordes, elles ont encore la part belle, avec cette fois-ci un traitement plus rythmique que mélodique.

La partition se télécharge sur la page du mouvement et pour écouter ce que ça donne, utilisez le lecteur ci-dessous :

Bonne écoute !

3 réflexions au sujet de « Vite, très vite, un 3ème mouvement orchestré ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *