Scherzo : premier couplet

C’est drôle comme mes intentions initiales peuvent parfois partir en fumée rapidement ! Je m’étais promis de composer un mouvement central rapide et joyeux, sans chichi et sans changement de tempo ni de métrique. Tant que les solistes n’avaient rien à chanter, j’ai pu m’y tenir. Mais dès la première phrase du premier couplet, patatras !
Le texte de ce mouvement, le voici :

Caresse du soleil sur mes joues
Je suis allongée sur le goudron
La tête posée sur un prospectus
J’essaie de respirer calmement

(Refrain) Tout tourne autour de moi
Suis-je ivre ?
Je tourne avec la Terre
Suis-je déjà mort ?

Caresse du soleil sur mes joues
Je suis allongée dans l’herbe
J’écoute le vent siffler
J’essaie de respirer calmement

(+ Refrain)

C’est l’alto qui chante le premier couplet. Le premier vers «Caresse du soleil sur mes joues» est traité avec le plus de douceur possible. Du coup, le tempo est très fortement ralenti. Puis, on revient au tempo initial mais plus rien n’est pareil et la rugosité des premières mesures a complètement disparu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *