«Toi qui es tombé» … en plein été…

Je compose dans une pièce où les volets sont fermés pour préserver un peu de fraîcheur. Mais ça ne m’empêche pas de sentir qu’il fait un temps radieux dehors. Et c’est précisément en ce moment que je compose la musique de la partie la plus déprimée du requiem…

Pour écouter, ça se passe toujours sur la page de l’Introït.

Ça avance toujours aussi lentement mais ça ne m’affole pas. Parmi les nouveautés :
1) Suite aux remarques de Marithé (merci !), j’ai réécris le texte de l’introït. Plus de mention à la relation qui unirait le défunt avec ceux qui le commémorent. Juste un vague «toi que nous aimions». Et puis c’était beaucoup trop court. Le deuxième paragraphe («Que le monde s’arrête de tourner») me permettra d’accélérer un peu le tempo (en ce moment, la noire est à 52…).
2) Pour les premières paroles, j’ai utilisé une soliste (alto). Pour l’instant, je lui ai donné un son de violon (je garde les voix synthétiques pour le chœur). Évidemment, on ne comprend pas ce qui se dit si on ne suit pas en même temps avec la partition… Le passage est un peu plus franchement atonal que précédemment.
3) Jusqu’à présent, j’utilisais la réverb’ de mon logiciel de composition (Musescore), qui est très vilaine. Sur le dernier export, j’ai mis une vraie réverbération. Intérêt : c’est plus flatteur. Inconvénient, ça masque les défauts…

La prochaine fois, je change rapidement de tempo et je travaille quelques tutti un peu musclés. En attendant le final (qui sera grandiose évidemment). 😉

Et le chœur fait sa première entrée !

J’ai composé environ 15 mesures aujourd’hui. Pour les écouter, cliquez ici : page de l’Introït.

D’abord, premier constat : je n’ai pas eu envie de retoucher ce que j’avais déjà composé, ce qui est nouveau pour moi ! C’est sans doute dû au fait que je me «relis» avant de publier ce que je compose. Ça ralentit un peu mon rythme de composition sur le coup mais ça évite les allers-retours.

Deuxième constat : plus j’avance, plus c’est dur ! J’ai passé plusieurs heures (!) sur les mesures 44 à 50 (l’entrée du chœur). L’écriture verticale (harmonique) me demande plus d’effort que l’écriture mélodique, c’est certain.

Alors, qu’entend-on dans ces 15 nouvelles mesures ? D’abord, l’accélérando initié la dernière fois trouve ici son achèvement. Finalement, il finit dans un certain dépouillement, dans l’aigu. L’ambiance est inquiète, interrogative. C’est satisfaisant sauf que je me demande si je ne devrais pas ajouter une tenue aux cordes sur les deux dernières mesures.

J’avais envisagé ensuite une rupture très violente (thème nº1). Après plusieurs essais, il m’est apparu plus judicieux de repartir pianissimo. Le chœur entre dans un contexte harmonique tonal mais instable. Le volume monte rapidement et débouche sur le premier fortissimo de la partition : un accord de do mineur, coloré par le fa des sopranes. Puis, ça module à nouveau très vite pour faire place au thème nº2 (l’hommage). Et ça s’arrête là pour l’instant !

8 mesures de plus et la rupture n’est plus très loin

Finalement, j’ai beaucoup moins de temps à consacrer à la composition que je ne le pensais. J’ai quand même tenu à avancer un peu mon requiem et j’ai ajouté 8 mesures à l’introït. Elles font entendre (discrètement, c’est vrai) le thème nº3 (coucher de soleil). Afin d’immobiliser un peu l’harmonie avant le crescendo qui va déboucher sur la rupture (thème nº1), j’ai installé une double pédale (sol et ré).

Si tout se passe bien, je devrai dépasser la rupture la prochaine fois. Mais pas avant la semaine prochaine…

En avant la musique : les 30 premières mesures du Requiem en ligne !

Alleluia ! Comme promis, j’ai démarré la composition de l’Introït aujourd’hui. J’ai composé 30 mesures, ce qui correspond à plus de la moitié de l’introduction orchestrale. Le chœur n’a donc pas encore fait son entrée.

Je vais un peu plus vite que prévu. Il faut dire que j’avais les 15 premières mesures dans la tête depuis quelques jours, il n’y avait plus qu’à s’y mettre. Heureusement qu’on a un début d’été très froid et un peu couvert, autrement j’aurais eu plus de mal à me mettre dans l’ambiance.

Pour ceux qui vont jeter un coup d’œil à la partition : on y trouve 3 systèmes (chœurs, piano et cordes) et une ligne soliste. Pour l’instant, les cordes sont surtout utilisées pour les notes tenues ou les phrases legato. Évidemment, lors de l’orchestration, tout sera redistribué. À noter : pour alléger le discours, les harmonies sont écrites à 2 ou 3 voix, rarement plus.

Dernier thème : le jardin de l’Homme

Et voilà, le dernier thème est en ligne.
Un jardin ? Eh oui, c’est un peu comme dans le Candide de Voltaire. Bien entendu, il s’agit d’une image plus philosophique que naturaliste (encore que…). Je ne suis pas jardinier, mais je reconnais qu’il s’agit là d’une activité particulièrement noble. Et puis, il ne faut pas oublier les jardins que nous créons un peu partout et qui n’ont rien de végétal. Simplement, nous semons de petites choses que nous aidons à pousser et qui nous nourrissent (intellectuellement et physiquement). Ce thème sera utilisé toutes les fois où il sera fait appel à la force créatrice de l’Homme.

Le prochain article devrait donc présenter une ébauche des premières mesures du premier mouvement (Introït). Normalement, je prévois de m’y remettre mercredi, si Dieu veut.

Deux nouveaux thèmes pour la fête de la musique

Mes soirées libres sont tellement rares que j’en suis réduit à composer le soir de la fête de la musique…

Je mets donc à votre disposition deux nouveaux thèmes : le vent (nº7) et le cercle (nº8). Honnêtement, le vent n’est pas utilisable en l’état. Par contre, le cercle appelle de nombreux développements. De plus, il laisse la porte ouverte à différents traitements harmoniques.

Tiens, et puis j’ai retouché le texte de «La colère de l’Homme». Plus de références aux femmes : le masculin retrouve sa « neutralité ».  J’ai allégé un peu certains vers et j’en ai ajouté deux. Il ne manque plus qu’à ajouter quelque part quelque chose sur l’amour et sur la solidarité et les textes ne bougeront plus.

Thème nº6 : le secret

Et un thème de plus, un ! Cette fois-ci, il s’agit du «secret» (thème nº6).

Tant qu’à faire, j’ai aussi retouché le thème nº1 (rupture). Pour ceux qui ont encore dans l’oreille la précédente version, il s’agit du passage final légèrement étoffé.

En parallèle, je réfléchis à quelques modifications des textes pour tenir compte (ou pas 😉 ) des différentes remarques qui m’ont été faites.

Coucher de soleil (thème nº3)

J’ai profité d’une après-midi un peu calme pour ébaucher le thème du coucher de soleil (voir sur la page des thèmes).

À ce stade, vous pouvez vous demander pourquoi cette numérotation, qui visiblement ne correspond pas à l’ordre de composition. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’elle ne correspond pas non plus à l’ordre d’apparition dans le requiem.

J’ai reçu déjà quelques messages de soutien (merci !), certains contenant des questions. N’hésitez pas à les poser sur le site, ça peut en intéresser d’autres.

Présentation de quelques thèmes

Pour ne pas me retrouver devant une page blanche au moment d’attaquer le premier mouvement, je commence à composer quelques esquisses de thèmes qui me serviront un peu partout dans le requiem.

Ces leitmotive portent des noms pour qu’on puisse les reconnaître facilement. Je prévois d’en composer neuf. J’en ai déjà ébauché quatre (les thèmes 1, 2, 4 et 5). J’ai créé une page pour les présenter.

Je suis assez content du thème 5 (lever de soleil) : il a vraiment du potentiel !

La partition est téléchargeable ici : Esquisses du Requiem athée (11/06/2013)

Les textes sont publiés !

J’ai créé une page spécifique pour les textes. Le travail de composition proprement dit commencera sans doute cet été, ce qui laisse un peu de temps pour continuer à les travailler. Toutes les suggestions sont les bienvenues, bien entendu.

J’en ai profité pour étoffer la page À propos et personnaliser un peu l’apparence du blog. C’est minimaliste mais je préfère me concentrer sur la composition…

D.R.

Composé juste sous vos yeux