Orchestration du solo de soprane terminée !

La «mère» évoque la haine et l’orchestre s’agite de nouveau !

Orchestrer ce solo de soprane (ou solo de la «mère») a été finalement beaucoup plus facile que celui du ténor dans le deuxième mouvement : autour d’elle, l’orchestre avance de façon chambriste, sollicitant les instruments de manière individuelle. Bon, les dernières mesures s’agitent un peu mais rien de bien compliqué.

Un petit lecteur pour écouter ça :

La prochaine fois, j’attaque la dernière partie du mouvement, vaste accelerando avec un climax au centre. J’ai hâte d’y être !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *