Orchestration du 4ème mouvement : où la colère s’apaise

Motif avec quintolet, exposé au violon solo, pour apaiser la grosse colère du chœur
Sous le solo de soprane, la harpe et la timbale installent une pulsation calme et stable, assouplie par les contretemps des cordes et les interventions solistes (violon, flûte, hautbois). Avant d’en arriver là, il a fallu tout de même en passer par un court passage dissonant et brutal («Mort!»). Passage délicat à orchestrer : il faut que ce soit fort mais que ça reste clair en même temps. Et l’auditeur attentif constatera que ce passage a été légèrement allongé par rapport à la phase d’esquisses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *