«Toi qui es tombé» … en plein été…

Je compose dans une pièce où les volets sont fermés pour préserver un peu de fraîcheur. Mais ça ne m’empêche pas de sentir qu’il fait un temps radieux dehors. Et c’est précisément en ce moment que je compose la musique de la partie la plus déprimée du requiem…

Pour écouter, ça se passe toujours sur la page de l’Introït.

Ça avance toujours aussi lentement mais ça ne m’affole pas. Parmi les nouveautés :
1) Suite aux remarques de Marithé (merci !), j’ai réécris le texte de l’introït. Plus de mention à la relation qui unirait le défunt avec ceux qui le commémorent. Juste un vague «toi que nous aimions». Et puis c’était beaucoup trop court. Le deuxième paragraphe («Que le monde s’arrête de tourner») me permettra d’accélérer un peu le tempo (en ce moment, la noire est à 52…).
2) Pour les premières paroles, j’ai utilisé une soliste (alto). Pour l’instant, je lui ai donné un son de violon (je garde les voix synthétiques pour le chœur). Évidemment, on ne comprend pas ce qui se dit si on ne suit pas en même temps avec la partition… Le passage est un peu plus franchement atonal que précédemment.
3) Jusqu’à présent, j’utilisais la réverb’ de mon logiciel de composition (Musescore), qui est très vilaine. Sur le dernier export, j’ai mis une vraie réverbération. Intérêt : c’est plus flatteur. Inconvénient, ça masque les défauts…

La prochaine fois, je change rapidement de tempo et je travaille quelques tutti un peu musclés. En attendant le final (qui sera grandiose évidemment). 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *