Début de l’orchestration du dialogue mère-fils

Le baryton et ses motifs ascendants

Avec ce nouvel export, je dépasse enfin la première «colère» du chœur. La première intervention de la soprane est orchestrée de façon chambriste, sans les cordes. L’orchestre s’étoffe de nouveau à l’entrée du baryton. Le motif ascendant répétitif est confié aux cors et au basson. Les cuivres, utilisés avec sourdine, renforcent la noirceur du passage. Je me demande si je ne vais pas étoffer un peu l’orchestration de ce début de mouvement en deuxième lecture : en jouant trop la prudence, je risque de priver l’auditeur d’un beau cataclysme sonore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *