Une orchestration au service de la séduction

L’«espoir» a la parole. Et chacune de ses interventions va venir caresser, consoler l’Homme qui souffre. Harmoniquement, on a une écriture très tonale, très «pure», c’est-à-dire peu dissonante. L’orchestration doit suivre et renforcer le plaisir sensuel qui doit se dégager de cette partie : beaucoup d’aigus, des cordes soyeuses avec des motifs en triolets ou arpégés, des climax qui restent doux, etc.

«Ce que je peux pour toi ?» - M'aider à corriger mes problèmes d'harmonie, répond le compositeur.
«Ce que je peux pour toi ?» – M’aider à corriger mes problèmes d’harmonie, répond le compositeur.

Des modifications, il y en a quelques unes dans ces dernières mesures orchestrées, notamment à la fin du solo du ténor et au moment où le chœur demande : «ce que je peux pour toi ?». L’esquisse laissait une impression un peu étrange, harmoniquement parlant. Normalement, ça doit couler un peu mieux maintenant.

À noter, pour ceux qui jettent un coup d’œil à la partition (sur la page habituelle) : les parties de vents sont un peu vides, mais je les enrichirai un peu, au moment de la relecture et de la mise en page de la partition.

Côté minutage, j’en suis à 13 minutes orchestrée (en comptant l’Introït), ce qui signifie que j’ai déjà orchestré un peu plus du quart de la partition.

À vous de juger :

Un peu de musique, c’est toujours mieux que rien…

Je sais bien que personne ne m’en fait le reproche, mais ça m’embête ce ralentissement de ma production musicale. Il faut dire que l’orchestration du deuxième mouvement est un énorme chantier, surtout après le coup de force du premier mouvement. Les tempi sont plus rapides et l’orchestre joue beaucoup de traits rapides, ce qui signifie en deux mots : beaucoup de notes ! J’ai donc le sentiment de ne pas avancer et c’est un peu décourageant…

Tapis de triolets dans les cordes aiguës
Tapis de triolets dans les cordes aiguës

Bon, dans ce que je vous livre cette semaine, il y a tout de même de bonnes choses. L’ambiance qui s’installe est fine, aérienne et … ambiguë à souhait. Je vous laisse apprécier ça dans ce nouvel export :

Et pour tout savoir sur ce mouvement, ça se passe sur la page habituelle.