Premières notes du nouveau «Non credo»

Viens à moi
«Viens à moi !» – L’entrée du chœur perturbe le mouvement de l’introduction.

J’ai l’honneur de vous annoncer que la réécriture du 2ème mouvement a bien commencé ! Vous pouvez vous rendre sur la page du 2ème mouvement pour l’écouter et télécharger la partition.

Finalement, après quelques tergiversations, j’ai opté pour le deuxième texte : il est vraiment plus complet et s’attaque de front à la racine de toute religion (qu’elle soit l’une des grandes monothéistes ou celle que diffuse le capitalisme par sa petite musique quotidienne) : la soumission par l’espoir. L’espoir d’une immortalité pour l’Homme bon, l’espoir de vivre heureux si on travaille beaucoup, etc. Il valorise la souffrance et le doute, ce qu’on entendra assez peu dans notre société où tout besoin doit être immédiatement satisfait, où la souffrance se soigne avec des anxiolytiques, où le «je crois que» remplace la curiosité.

Qu’y a-t-il à entendre dans ces deux minutes de musique ? Comme dans la première version du «Non credo», il y a une introduction instrumentale. Cette fois-ci, elle installe un climat calme et méditatif qui contrastera avec l’exaltation de la fin du 1er mouvement («Introït»). L’entrée du chœur bouleverse tout et introduit une touche fantastique à l’ensemble. Les motifs serrés des cordes illustrent l’angoisse existentielle à laquelle toute mort renvoie.