5ème mouvement : le final émerge des nimbes

L’écriture du final de ce requiem a déjà commencé. Vous pouvez en écouter un extrait sur la page fraîchement créée.

Alors, c’est vrai, c’est plutôt modeste comme début, surtout après une si longue pause. Certes. Mais, pour ma défense, je dirai qu’il est très difficile de se mettre à la table de composition au cours d’un voyage. Trouver une demi-journée de libre est bien plus difficile qu’il n’y parait. Et puis, quand on la trouve, on n’a pas de bureau sous la main pour s’installer et je me retrouve à composer allongé sur un lit, ce qui n’est pas évident. Bref, je sens que ce mouvement va avancer lentement.

N’empêche, ça commence pas trop mal, non ? D’abord, comme d’habitude, j’ai retouché le texte : le premier paragraphe est complètement nouveau. Du coup, je m’interroge sur le titre prévu initialement : «Danse». J’attends d’avancer un peu plus avant de me décider.

Musicalement, le mouvement commence par trois accords complexes, chantés par le chœur sur le vers «ô monde». Hasard ou pas, aucun des mouvements précédents ne débutait avec un accord. Ces trois accords sont suivis d’une brève méditation de l’orchestre, qui rappelle celles du 2ème mouvement («Non credo»). Et puis, surprise, le chœur reprend ses trois premiers accords quasiment à l’identique. Le mouvement peut maintenant prendre son envol.