Grosse colère (suite)

Je prends vraiment mon pied à écrire ce début de 4ème mouvement. C’est sauvage, débraillé, violent : j’adore ! Allez donc y jeter une oreille.

L’énoncé des deux vers («Jour de colère/Poings qui se serrent») débouchent sur une stabilisation du rythme, qui n’est toujours que provisoire. Quelques mesures à 5/16 viennent brouiller la pulsation. Harmoniquement parlant, c’est plus dissonant que les mouvements précédents. C’est éprouvant à écouter mais ça ne durera pas trop longtemps (encore une quinzaine de secondes tout au plus) et puis ça se calmera. La pulsation devrait s’élargir un peu aussi. À suivre.