Grosse colère !

Ça y est, j’attaque le 4ème mouvement : la colère de l’Homme.

Bon, d’accord, il n’y a pas encore grand-chose à écouter mais ça va venir. Après une introduction orchestrale réduite à portion congrue (10 secondes !), le chœur fait son entrée de façon résolue mais calme («jour de colère»), laissant l’orchestre se déchaîner. Tout ce début est traité de façon purement atonale.

Finalement, j’ai abandonné l’utilisation des thèmes que j’avais composés en guise d’esquisses : je n’en ressens plus le besoin maintenant. Je ferai éventuellement quelques rappels thématiques dans le mouvement final.

Le scherzo est fini !

Et voilà ! Un mouvement de plus au compteur !


Ivresse (Scherzo)_v7 (12 mai 2014)

Pour ceux qui voudraient suivre avec la partition, ça se trouve ici : page du 3ème mouvement. Et pour les textes, c’est sur cette page.

Je pense que le texte devrait faire moins polémique que pour le mouvement précédent. Il illustre la tentation de l’immanence en des termes simples. Attention, il n’y a rien de gratuit dans ces vers d’apparence banale.

La musique illustre la façon dont nous sommes entraînés par la rotation du monde (au sens propre, comme au sens figuré). Comme pour les autres mouvements, le langage est chromatique, avec quelques passages atonaux. Attention : le mouvement s’achève sur une suspension ; il devra s’enchaîner avec le mouvement suivant.

Toute remarque est bienvenue, comme d’habitude !